Ce lexique porte sur différents termes utilisés dans le domaine du droit international humanitaire. Il peut être considéré comme un instrument de travail pour celui qui doit utiliser ces concepts dans l’exercice de ses fonctions. Il comprend plus de 200 définitions relatives à l’action du personnel de santé engagé dans des conflits armés, quelques articles de fond, plus de 200 liens pointant vers d’autres sites en relation avec le droit international humanitaire. Les références des définitions sont souvent portées en bas de page (G pour les conventions de Genève et GP pour les protocoles additionnels). Les billets publiés ont pour vocation de stimuler la réflexion et ne représentent aucunement l’avis de l’auteur.
Publié dans Définitions

Statement on the protection of health services

The last week has seen the surge of violence in Syria’s city of Aleppo, in which every hospital in the rebel-held east Aleppo has been damaged to the extent of putting them out of service (a statement confirmed by the World Health Organization), leaving more than 250,000 men, women, and children living in east Aleppo without access to health care. In light of this, the International Federation of Medical Students’ Associations (IFMSA) wants to reaffirm its firm stance against violations of International Humanitarian Law and attacks on health care workers, facilities and systems.
Whenever a patient, a nurse, a doctor or any other component of health care system is attacked, be it threats or actual violence, it has not only direct consequences for the affected and their health, but also on the health of the served populations, causing ripples across the delivery of health care. This disruption restricts the access to health care and is therefore a violation of human rights. In fact, violence against health workers and health facilities is a crime under the International Humanitarian Law, causing only death, destruction and disruption of basic health care services.
These attacks in Aleppo are only a small fraction of numerous attacks against health care workers, medical transports and facilities, which have taken place in several countries, like Syria, Afghanistan and Yemen, during the past years. Almost 200 health care workers lost their lives in more than 113 attacks against health care in the first half of 2016 [WHO]. These attacks place a heavy burden on fragile health care systems already affected by conflicts.
Guided and committed to IFMSA’s policy statements on Protection of Health Services and Assuring Access to Medical and Humanitarian aid in Syria (adopted in March 2014), we repeatedly call all responsible actors to give urgent attention to attacks on health care.
We immediately call on the United Nations organs and commissions, which hold governments to account to fulfill their obligations under international human rights and international humanitarian law, to ensure the right to health, a right that is closely and inextricably linked to the rights to life, human dignity, non-discrimination, equality and the prohibition against torture and ill-treatment, is upheld. In order to advance the protection of health services and patients and by these means reach better health for all, there is a broad range of actions to be taken by a number of different actors. Among them, we consider it most important to call for:
All Parties to:
  • Recognize violence against the health sector as violation of International Humanitarian Law
  • Respect International Humanitarian Law & Human Rights law, secure access to health care and safety of involved personnel, vehicles and facilities, and gather data on violence against the health sector in and out of conflict zones
  • Highlight the occurrence of violence towards the health sector in reports on the health situation during disasters
  • Unblock the humanitarian assistance to help the population that is caught up in the violence
Health Sector (including Medical Students) to:
  • Take up own responsibilities, such as adhering to the Declaration of Geneva and treat every person in need according to his/her personal needs, without discrimination based on age, disease or disability, creed, ethnic origin, gender, nationality, political affiliation, race, sexual orientation, social standing or any other factor
  • Advocate for better health services protection
  • Promote the inclusion of disaster risk reduction knowledge in relevant sections of school curricula
  • Promote International Humanitarian Law, human rights and the Declaration of Geneva and raise awareness on the topic among medical students, medical professionals as well as civil society
  • Share information about first aid and medical procedures on platforms that people in Aleppo have access to, in order to encourage the ability of saving more lives
The International Federation of Medical Students Associations (IFMSA) envisions a world in which medical students unite for global health and are equipped with the knowledge, skills and values to take on health leadership roles locally and globally. Founded in 1951, it is one of the worlds oldest and largest student-run organizations. It represents, connects and engages every day with an inspiring and engaging network of 1.3 million medical students from 130 national member organizations in 122 countries around the globe.
Source: Safeguarding health in conflict
Publié dans Protection de la mission médicale | Laisser un commentaire

African students practice international humanitarian law at continental competition

The 16th annual All Africa International Humanitarian Law Competition took place in Arusha, Tanzania from 12-19 November 2016. This year’s competition had a total of eleven teams from nine African countries. Kenya, Tanzania, Uganda, Rwanda, Sudan, Ethiopia, South Africa, Nigeria and Zimbabwe were represented. Each of the participating teams had three students.
The students were put in fictitious but realistic scenarios in which they were required to use their knowledge of international humanitarian law to achieve certain objectives like negotiating for humanitarian access or convincing senior diplomats of their legal arguments. The teams also underwent daily classroom study followed by court submissions in which the judges evaluated their grasp of what they had been taught.
According to Paul Kunsa, a student from Uganda, the competition  »brought out the pragmatic part of law, » since  »you get to act as a worker for the ICRC, you get to work as a medical personnel so you get to know the actual challenges in getting out the law to the people. »
The teams were judged by a panel of experts. Hillary Kiboro, one of the judges from ICRC, noted the teams’ skill sets made judging « very tough » because all the teams « displayed significant growth » throughout the competition. Uganda Christian University emerged as the winners, and Midlands State University from Zimbabwe came second during a final session held at the African Court on Human and Peoples’ Rights.
This was the first time that the ICRC collaborated with the African Court to host the competition as well as to be part of the judging process. Other judges were from the East African Court of Justice, the United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals, and the Tanzania High Court.

The 16th annual All Africa International Humanitarian Law Competition witnessed a total of 11 teams from 9 African countries. CC BY-NC-ND / ICRC / Mike Mina

Although the participants are law students, this was the first time for most to argue and witness a  »real » courtroom session. Appreciating this experience, Nibras Abdalbasit, a student from Sudan, explained that  »there is no such thing as winning and losing, there is always learning ».
The All Africa International Humanitarian Law Competition is organized and sponsored by the ICRC Regional Delegation in Nairobi for Anglophone countries in Africa. The competition is designed to support ICRC’s mandate to promote and develop IHL, focusing on the interplay between IHL and the policies that shape humanitarian action.
The event was previously called the All Africa Moot Court Competition in International Humanitarian Law but was this year renamed to reflect the wider scope of the activities in the competition, outside the court sessions.
Source : ICRC
Publié dans DIH | Tagué , | Laisser un commentaire

International council of nurses calls for protection of healthcare workers

Speaking at the 5th International Conference on Violence in the Health Sector, Howard Catton, Director of Nursing and Health Policy at the International Council of Nurses (ICN), called for increased protection of health workers through legislation, zero tolerance policies, security measure, education and improved working environments.
Held from 26 to 28 October 2016 in Dublin, Ireland on the theme “Broadening our view – responding together”, the International Conference on Violence in the Health Sector is the largest global conference dedicated to work related aggressions and violence within the health services. It addresses a significant and pervasive concern that not only affects the health of the workforce but also impacts negatively the course of care delivery and patient outcomes.
This year, the conference took a multi-dimensional approach and explored the biological, spiritual, experiential, legal, political and societal perspectives of violence. This broad outlook aims at encouraging the development of more collaborative response strategies and sensitizing stakeholders to the issue.
Mr. Catton spoke about nurses’ experience of violence and abuse in the workplace and strategies to prevent and mitigate harm. He highlighted the particular case of healthcare workers who live and work in war zones and areas of conflict. In Syria, healthcare workers, facilities, equipment and transport are now deliberately being targeted as a military strategy. ICN, in partnership with the World Medical Association, recently issued a statement strongly condemning this and calling for respect for human rights. ICN will continue to speak up where we see such violations.
Source : Safeguarding health in conflict
Publié dans Protection de la mission médicale | Tagué , | Laisser un commentaire

Défendre les principes fondamentaux de la Cour pénale internationale

Lors de leur assemblée annuelle, les États parties ne doivent pas compromettre les principes de la justice face au risque de nouveaux retraits
(La Haye, le 16 novembre 2016) – Les pays membres de la Cour pénale internationale (CPI) devraient protéger la capacité de la Cour à rendre justice de façon complète et équitable pour les pires crimes internationaux, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Les retraits récents de la Cour par trois pays africains soulèvent des inquiétudes quant au risque que les membres de la CPI pourraient faire des concessions sur les principes fondamentaux de la Cour lors de leur réunion annuelle du 16 au 24 novembre 2016, afin de dissuader d’autres pays de quitter la Cour.
En octobre et novembre, les gouvernements du Burundi, de la Gambie et de l’Afrique du Sud ont annoncé leurs retraits du Statut de Rome, le traité fondateur de la CPI. Ces retraits sont intervenus dans un contexte de réaction négative à l’égard de la CPI dans certains pays africains, notamment le Soudan et le Kenya. Les dirigeants de ces deux pays ont fait face à des accusations devant la Cour, et l’Union africaine (UA) a appelé à l’immunité de poursuites contre les chefs d’État et autres hauts fonctionnaires en exercice.
« Les retraits de la CPI risquent de devenir une monnaie d’échange pour les pays qui cherchent à rendre le monde plus sûr pour les dictateurs abusifs », a déclaré Elizabeth Evenson, directrice adjointe du programme Justice internationale à Human Rights Watch. « Toutefois, plusieurs États africains ont déjà signalé qu’ils n’avaient aucune intention de quitter la Cour, et tous les pays membres de la CPI devraient indiquer clairement que le mandat de ce tribunal n’est pas à vendre. »
Le Nigeria, le Sénégal, le Botswana, la Côte d’Ivoire, le Malawi, la Sierra Leone et la Zambie, à la suite des retraits, ont publiquement indiqué leur opposition aux retraits de la CPI. Deux cents organisations ont adressé le 14 novembre 2016 une lettre aux présidents de tous les pays membres africains de la CPI, pour appeler leurs gouvernements à continuer de soutenir la Cour. Parmi ces organisations figurent plus d’une centaine d’organisations locales basées dans plus de 25 pays africains et une centaine d’organisations pour la seule République démocratique du Congo, en plus d’organisations internationales.
Les pays membres de la CPI devraient réaffirmer leur soutien à la Cour dans des déclarations lors de la réunion annuelle de l’Assemblée des États Parties, en particulier pendant son segment d’ouverture de haut niveau, a déclaré Human Rights Watch.
Ne pas permettre à la position officielle d’un individu au sein d’un gouvernement de le protéger contre des poursuites, une caractéristique des tribunaux internationaux depuis les procès de la deuxième guerre mondiale à Nuremberg, est un élément fondamental de la mission de la Cour d’assurer la justice pour les crimes les plus graves. Laisser les leaders au pouvoir s’en tirer créerait des incitations perverses à ce que certaines personnes essayent de conserver le pouvoir indéfiniment pour éviter des poursuites.
Un tel changement ne permettrait pas de combler les lacunes réelles de la crédibilité du système judiciaire international, notamment les blocages politiques au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies et l’incapacité des principaux pouvoirs comme les États-Unis à signer le traité, a déclaré Human Rights Watch.
« La question du risque d’une justice caractérisée par “deux poids, deux mesures” doit certes être abordée », a déclaré Elizabeth Evenson. « Mais la bonne réponse est d’élargir la portée du champ de travail de la CPI et d’insister sur une action cohérente en faveur de la justice de la part du Conseil de sécurité de l’ONU. Se retirer de la CPI ou porter atteinte à sa capacité de juger des dirigeants en exercice ne sert qu’à saper la justice pour les victimes des crimes les plus graves. »
Des négociations pour contester la capacité de la CPI de poursuivre des dirigeants en exercice pourraient se dérouler lors de la réunion de l’Assemblée des États Parties. D’autres actions de l’assemblée, à défaut d’amendements au traité fondateur, comme des résolutions, risquent encore d’être perçues comme entravant l’indépendance des juges, a déclaré Human Rights.
Les pays membres auront un certain nombre d’autres questions importantes à leur disposition lors de la réunion, y compris l’établissement du budget de la cour et le renforcement de la coopération des pays avec la Cour. Human Rights Watch, dans une note d’information avec des recommandations pour les pays membres, a déclaré que les membres de la CPI devraient tenir une session spéciale lors de la réunion de 2017 afin de faire le bilan des réalisations de la Cour et réfléchir au soutien politique nécessaire pour renforcer son rôle. Le traité de la CPI fêtera son 20ème anniversaire en 2018.
L’organe de direction de l’Assemblée devrait veiller à ce que des mesures soient prises pour répondre aux récentes constatations judiciaires de non-coopération dans les enquêtes et les poursuites de la CPI. Cela comprend une constatation par les juges que le gouvernement du Kenya n’a pas coopéré pleinement dans l’affaire maintenant retirée contre le président Uhuru Kenyatta.
Les pays africains ont conduit les efforts pour établir la CPI dans les années 90, en plaçant la responsabilité des crimes d’atrocité au premier plan de l’agenda international. La CPI a dû faire face à diverses tentatives pour faire échec à ses travaux depuis que son traité a pris effet en 2002. L’administration américaine de George W. Bush a lancé le premier défi. Entre 2002 et 2005, Washington a découragé activement les pays de se joindre à la CPI et a contraint des pays à conclure ce que l’on a appelé des « accords bilatéraux d’immunité » afin de protéger les ressortissants américains contre les poursuites devant la Cour.
La CPI est la première cour permanente du monde chargée de traduire en justice les personnes responsables de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et de génocide lorsque les tribunaux nationaux ne peuvent ou ne veulent pas le faire. Le Statut de Rome a créé l’Assemblée des États Parties pour assurer la surveillance de l’administration de la cour. Elle est composée de représentants de chaque pays membre et elle doit se réunir au moins une fois par an.
En se retirant de la CPI, le gouvernement sud-africain a invoqué un prétendu conflit entre ses obligations envers la CPI et sa capacité d’interagir avec les dirigeants dans son rôle de garant régional de la paix. Un tribunal sud-africain a conclu que le gouvernement avait violé ses obligations nationales et internationales en omettant d’arrêter le président du Soudan, Omar al-Bashir, fugitif de la CPI, lors de sa visite dans le pays pour un sommet de l’UA en juin 2015. Al-Bashir fait l’objet de deux mandats d’arrêt de la CPI, pour crimes présumés de génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis dans la région du Darfour au Soudan.
La compétence de la Cour pour les crimes internationaux présumés peut être déclenchée de trois manières. Les pays membres de la CPI ou le Conseil de sécurité peuvent saisir la Procureure de la CPI d’une situation, c’est-à-dire d’un ensemble spécifique d’événements, ou bien le Bureau du Procureur de la CPI peut demander à sa propre initiative l’autorisation d’une chambre préliminaire de juges de la CPI pour ouvrir une enquête.
Des enquêtes en République centrafricaine, en République démocratique du Congo, au Mali et dans le nord de l’Ouganda ont été ouvertes à la demande du gouvernement. Les situations au Darfour et en Libye ont été renvoyées par le Conseil de sécurité, tandis que la Procureure de la CPI a demandé aux juges de la CPI d’ouvrir les enquêtes en Côte d’Ivoire, en Géorgie et au Kenya.
La Procureure examine également un certain nombre d’autres situations dans les pays du monde entier. Il s’agit notamment de l’Afghanistan, du Burundi, de la Colombie, du Gabon, de la Guinée, du Nigeria, de la Palestine, des abus allégués des forces armées britanniques en Irak, et de l’Ukraine.
« Il est triste de voir le gouvernement sud-africain se tenir aux côtés des idéologues des premières années Bush », a conclu Elizabeth Evenson. « À l’heure de divisions profondes et de la multiplication des crises des droits humains dans le monde entier, la CPI est plus nécessaire que jamais et les membres de la CPI devraient la protéger. »
Source : relief web
Publié dans Définitions | Laisser un commentaire

L’OMS condamne les attaques massives contre les hôpitaux en Syrie

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) condamne les attaques contre cinq hôpitaux en Syrie du 13 au 15 novembre 2016: trois à Alep et Alep Ouest et deux à Idlib. Selon les informations disponibles, au moins deux personnes ont été tuées au cours de ces attaques et 19 blessées, dont 6 personnels médicaux.
Il est choquant de constater que ce type d’attaques contre les services de santé en Syrie augmentent à la fois en fréquence et en ampleur. Depuis le début de l’année 2016, l’OMS et ses partenaires ont documenté 126 attaques de ce type dans tout le pays.
L’un des établissements endommagés dans la zone rurale d’Alep Ouest était un hôpital de traumatologie de première ligne. Un autre était aussi un hôpital de traumatologie de seconde ligne. Chaque mois, les 3 hôpitaux assuraient plus de 10 000 consultations et plus de 1500 interventions chirurgicales majeures.
Ces attaques ont gravement compromis la disponibilité des services de santé dans le nord de la Syrie et ont entraîné des perturbations majeures pour l’orientation des blessés ou des malades dans un état critique.
Les deux hôpitaux à Idlib assuraient près de 10 000 consultations par mois, ainsi que plus de 200 interventions chirurgicales majeures et 600 accouchements. L’un d’eux était un hôpital de recours essentiel pour tous les soins obstétriques d’urgence. De plus, l’attaque d’un dispensaire mobile dans la zone de Jishr-Ash-Shugur d’Idlib prive plus de 3500 patients d’accès aux soins essentiels de base.
Une fois de plus, l’OMS exhorte l’ensemble des belligérants dans ce conflit à respecter la sécurité et la neutralité des personnels de santé, des établissements et des approvisionnements. Les caractéristiques des attaques indiquent que les soins de santé sont délibérément ciblés dans le conflit syrien, ce qui est une violation majeure du droit international et un mépris tragique pour toute l’humanité.
Alors que les combats se poursuivent dans le pays, le nombre des établissements de santé détruits ou endommagés par les attaques augmente, privant des milliers de personnes des soins essentiels et urgents dont elles ont besoin. Les attaques contre 5 hôpitaux et un dispensaire mobile en moins de 48 heures sont une exaction qui met en danger de nombreuses vies en Syrie et prive les plus vulnérables, y compris les enfants et les femmes enceintes, de leur droit à accéder aux services de santé au moment où ils en ont le plus besoin.
Source : OMS
Publié dans Protection de la mission médicale | Tagué , , | Laisser un commentaire

Deepening dialogue on humanitarian law and Islamic law

A seminar that aims to highlight the common ground between international humanitarian law (IHL) and its equivalent in Islamic tradition and jurisprudence is being held today at the University of the Philippines in Quezon City.
Titled « Exploring Correspondences between International Humanitarian Law and Islamic Law Related to Armed Conflict and Their Relevance in the Southern Philippines, » the seminar, organized by the National Commission on Muslim Filipinos, the UP-Institute of Islamic Studies, and the ICRC, aims to deepen dialogue among Islamic institutions and the ICRC for the common purpose of preserving the life and dignity of victims of armed violence.
« Many rules and customs to protect life and dignity in times of war have been codified in IHL. The Geneva Conventions—the main instruments of IHL—are universally accepted by all States, but many arms carriers and civilians lack knowledge of these legal rules, and feel more bound by their traditional values and religious beliefs, » said Andrew Bartles-Smith, ICRC regional advisor for humanitarian affairs.
« The discussions we’ve held recently in Mindanao and today in Manila aim to promote understanding and knowledge of the rules of armed conflict, and to highlight correspondences between modern humanitarian law and Islam, » he added.
All four seminars—three of which were successfully held in Zamboanga, Marawi, and Cotabato cities—include panel discussions on IHL and Islamic law related to armed conflict and challenges related to the observance of these rules, and how to improve respect for them.
The ICRC has reached out to Muslim scholars and dignitaries since the late 1990s to search for common ground between IHL and its equivalent in Islam. It stepped up its engagement with Islamic scholars and organizations in Southeast Asia in 2010.
« This dialogue has helped to overcome misperceptions and to enhance understanding of each other’s perspectives. It has resulted in the integration of the perspectives of scholars and communities in assisting and protecting the vulnerable, and better access to conflict-affected areas and populations, » said Dr. Ahmed Al-Dawoody, ICRC’s legal adviser for Islamic law and jurisprudence, and a leading expert on the subject.
The ICRC is a neutral, impartial, and independent humanitarian organization that assists and protects victims of armed conflict and other situations of violence. It reminds all parties to a conflict of the need to respect human life and dignity at all times.
Source : ICRC
Publié dans DIH | Tagué | Laisser un commentaire

Air strike hits Syrian hospitals

….
Besides the reported strikes on hospitals in Aleppo province on Tuesday, the U.S.-based Physicians for Human Rights said another hospital east of the city of Idlib was hit by an airstrike on Sunday.
Since Syria’s conflict started in 2011, the group said it has recorded 382 attacks on medical facilities and hospitals throughout Syria. Of those, 293 were carried out by government forces and 16 were by Russian warplanes, it said.
« Over and over again, hospitals and emergency rooms are placed in the crosshairs of a conflict that seems endless and unyielding in its cruelty, » said Elise Baker, research coordinator for the rights group. « As long as Syria and Russia continue their scorched earth strategy across the country, there are no safe havens. »
Source : safeguarding health in conflict
Publié dans Protection de la mission médicale | Tagué , | Laisser un commentaire

L’OMS condamne les attentats avec des ambulances perpétrés contre des civils en Iraq

L’OMS condamne les attentats dont elle a été informée et au cours desquels des ambulances ont été utilisées pour viser des civils à Tikrit et à Samara. Selon les rapports qu’elle a reçus, des kamikazes se sont servis d’ambulances qu’ils conduisaient pour tuer plus de 20 personnes et en blesser des dizaines d’autres à un poste de contrôle à Tikrit et dans un parking à Samara.
L’utilisation de véhicules médicaux comme des armes remet en cause la capacité de délivrer les soins de santé et les services d’urgence. En effet, si l’on soupçonne les ambulances de constituer potentiellement des menaces pour la sécurité, leur liberté de mouvement pour soigner les malades et les blessés sera compromise, entraînant des retards pouvant causer des morts. Les personnes vulnérables verront ainsi se réduire encore leur accès aux soins médicaux qui auraient pu les sauver.
L’OMS est de plus en plus préoccupée par les menaces continuelles auxquelles les agents de santé, les établissements et les transports médicaux sont confrontés. Elle collabore avec les autorités sanitaires nationales et les partenaires pour protéger de la violence les patients, le personnel soignant, les infrastructures de santé et les approvisionnements, et ainsi réduire le plus possible la désorganisation des soins dont les populations ont un besoin désespéré.
Source : OMS
Publié dans Définitions | Tagué , , | Laisser un commentaire

ICRC launches shocking video on the human cost of ignoring the Geneva Conventions

The International Committee of the Red Cross (ICRC) has today launched an ad-style video which illustrates the terrifying human cost of ignoring the Geneva Conventions and aims to raise awareness of international humanitarian law. The 60-second film « Victory by Any Means« , which uses real clips from conflicts around the world, takes viewers on a journey from utopian dream to humanitarian nightmare. It is the hardest-hitting campaign ad of its kind from the ICRC.
« The bombing of hospitals, the massive displacement of civilians and the scourge of sexual violence in war have almost become commonplace », said the president of the ICRC, Peter Maurer. « Human suffering in conflict is nothing new. But collectively, we’re failing in our response to it. Not enough countries, not enough armies, not enough armed groups, are abiding by the fundamental human values enshrined in the Geneva Conventions. When international humanitarian law is violated we all, ultimately, pay the price. »

Starting with an upbeat voiceover and stirring music the ad initially depicts a utopian dream, using imagery of what seems to be a safe and prosperous nation. As it continues, the voiceover becomes more threatening and the mood darkens. Viewers begin to see footage of violations of international humanitarian law – with schools and hospitals being bombed, degrading treatment inflicted on prisoners and the use of chemical weapons. The film ends on scenes of destruction and desolation – the result of a « victory by any means » approach to war.

« The Geneva Conventions are based on the principle that wars have limits, and these limits are as necessary today as they ever were, » said the director of international law and policy at the ICRC, Helen Durham.

« Every State around the world has signed up to the Geneva Conventions, which prohibit attacks on medical facilities, torture and the mistreatment of prisoners. Those with the power to make such practices stop have a legal duty to do so. The Geneva Conventions help preserve our humanity during times of conflict. If we lose that, what are any of us left with? »

Viewers of the film are invited to visit the therulesofwar.org to learn more on the Conventions. The ad will be distributed on Facebook and other social channels. It was created in collaboration with global marketing and technology agency DigitasLBi and customer engagement agency Kitcatt Nohr.

Note to Editors: The Geneva Conventions, a set of rules established in 1949 that protects people around the world from the atrocities of war, have been ratified by all 196 States, making them universally binding.

Source : ICRC
Publié dans Définitions | Laisser un commentaire

« Une histoire d’Humanité » : une série vidéo sur l’histoire de l’action et du Droit international humanitaires

Les fidèles de l’Humanitaire dans tous ses États savent que depuis plusieurs années, Frédéric Joli avec le concours de Lucile Marbeau, Edwige Jeannenot et Axel Moeschler (Délégation régionale du CICR en France) produisent et réalisent « Une histoire d’Humanité » sur les périodes clés de l’action et du Droit international humanitaires. Parmi les 16 épisodes existants, pêle-mêle, les deux conflits mondiaux, les emblèmes « Croix, Croissant, Crystal »rouges, Marcel Junod, « le troisième combattant », la lente construction du Droit international humanitaire, la guerre d’Algérie, l’histoire de la Croix-Rouge Française, etc.
Découvrez la à nouveau et partagez la…
Source : L’Humanitaire dans tous ses états.
Publié dans Définitions, Droit international | Tagué , | Laisser un commentaire