Ce lexique porte sur différents termes utilisés dans le domaine du droit international humanitaire. Il peut être considéré comme un instrument de travail pour celui qui doit utiliser ces concepts dans l’exercice de ses fonctions. Il comprend plus de 200 définitions relatives à l’action du personnel de santé engagé dans des conflits armés, quelques articles de fond, plus de 200 liens pointant vers d’autres sites en relation avec le droit international humanitaire. Les références des définitions sont souvent portées en bas de page (G pour les conventions de Genève et GP pour les protocoles additionnels). Les billets publiés ont pour vocation de stimuler la réflexion et ne représentent aucunement l’avis de l’auteur.
Publié dans Définitions

« Health Care in Danger – an issue for our times » hosted at NATO SHAPE

In the second half of September,  SHAPE (Supreme Headquarters Allied Powers Europe) hosted the « Health Care in Danger – an issue for our times » exhibition.  SHAPE is the Headquarters of Allied Command Operations (ACO), one of NATO’s two strategic military commands. It is located close to the Belgian city of Mons. ACO is responsible for all Alliance military operations.

The photo exhibition « Health Care in Danger: An issue for our times » is composed of pairs of rare photographs, each telling similar stories although coming from very different places and times in history. From the Serbo-Turkish war to contemporary Syria, the images show that violence against health care is not a recent phenomenon and has never been confined to one place or one period. Even 150 years ago, and in various parts of the world, ambulances were attacked or denied free passage, medical personnel targeted, and pharmacies looted; and because of this, far too often, people who needed medical attention died. Together with the photo exhibition, a replica of a bullet-ridden ambulance was displayed right next to the central roundabout of SHAPE to remind staff and visitors about the staggering reality of violence against health care.

Violence against patients and health-care workers is one of the most crucial yet overlooked humanitarian issues today. The Health Care in Danger project is a Red Cross and Red Crescent Movement initiative aiming to improve security and delivery of impartial and efficient health care in armed conflict and other emergencies. Violence against health care must end.

Source : CICR

Publié dans Définitions | Laisser un commentaire

Nepal: Injured people and medical transports must be protected in all circumstances

The Red Cross in Nepal expresses its deep concern at increased incidents of vandalization of ambulances in relation with ongoing demonstrations in Terai/Madhes in the past four weeks. The incident that happened on 11 September 2015 at Sonukhada of Mahottari district has astounded the Red Cross – an injured person in need of urgent medical care was taken out from the ambulance and killed; the ambulance was then torched.

According to both national and international norms, medical transports including ambulances, medical personnel and medical facilities, must be respected and protected, and their work must be facilitated. Injured people must have access to health care in safety in all circumstances.

The Red Cross calls on all parties to exercise restraint and urge them to allow ambulance services to carry out their tasks during demonstrations and strikes (bandh) and to ensure that the injured people receive health care without any discrimination.

The Red Cross works to prevent and alleviate human suffering, without discrimination, and to protect human dignity. Its humanitarian activities are solely guided by its fundamental principles – primarily humanity, independence, impartiality and neutrality.

The International Red Cross and Red Crescent Movement is made up of the International Committee of the Red Cross (ICRC), the International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies (IFRC) and 189 National Societies.

Source : ICRC

Publié dans Définitions | Laisser un commentaire

La France invoque la légitime défense contre l’État islamique en Syrie

Originally posted on Dommages civils:

Un an après le lancement de l’opération Chammal en Irak, la France étend ses opérations contre l’État islamique à la Syrie au nom de la légitime défense. Si cette décision peut s’avérer logique, le motif invoqué apparaît fragile, bien que partagé par de plus en plus d’États dans la « guerre contre le terrorisme ».

Alors que la campagne de bombardement aérien contre l’État islamique (EI) conduite par une coalition d’États menée par les États-Unis vient de passer sa première année et que les civils syriens paient un tribut de plus un plus lourd à un conflit vieux de quatre ans, le nombre de belligérants ne cessent d’augmenter. Ainsi, la Russie a renforcé sa présence militaire aux côtés des forces progouvernementales. La Grande-Bretagne a annoncé avoir opéré des frappes de drone en août dans un pays où elle n’était pas engagée militairement jusqu’alors. Plus récemment, l’aviation australienne a effectué sa première attaque…

Voir l'original 3 280 mots de plus

Publié dans Définitions | Laisser un commentaire

Protecting health care during SADC peace support operations

A seminar aimed at identifying best practices to improve access to essential health services during peace support operations recently brought together 17 experts from 11 southern African countries.

« When access to health care is hindered or blocked during peacekeeping missions, this prevents peacekeepers from achieving their objectives and increases the risks faced by peacekeepers and civilians alike, » said Brigadier-General (Dr) Kaka Mudambo, Coordinator of the Southern African Development Community (SADC) Military Health Services Committee.

The seminar, organized by the ICRC and the SADC Military Health Services Committee as part of the Health Care in Danger project, drew on the participants’ experience and highlighted solutions they found to be effective. « This practical approach is critical to helping address the alarming lack of respect for health personnel, equipment and facilities that we continue to see in armed conflict and other emergencies, » said Thomas Merkelbach, the head of the ICRC regional delegation in Harare.

Seminar participants prepared recommendations for the SADC Military Health Services, the SADC Standby Force and SADC member States in the context of peace support operations. The recommendations focus on preparing for and responding to health-related needs and on protecting health-care facilities and equipment.

The ICRC will continue to engage state and non-state actors with the goal of building consensus and momentum on how to ensure that access to health care remains the essence of humanitarian action.

The Health Care in Danger project is an initiative of the International Red Cross and Red Crescent Movement aimed at addressing the issue of violence against patients, health workers and facilities. Launched in 2011, the project has sponsored a series of global consultations, expert workshops, roundtables and studies for the purpose of identifying recommendations and practical measures that can make access to health care and its delivery safer in conflict and other emergency situations. The Health Care in Danger project is currently focusing on promoting the implementation of those recommendations and measures at both the global and national level.

Source : ICRC

Publié dans Définitions | Laisser un commentaire

Strengthening protection for victims of armed conflict through legislation

Over 60 years after ratifying the Geneva Conventions, the Philippines has achieved much progress in implementing international humanitarian law (IHL). The country is showing its commitment to further strengthening legal protection for victims of armed conflict by moving forward with a bill protecting the rights of internally displaced persons (IDPs), which is currently pending approval by Congress.

« Discussing IHL and armed conflicts in the Philippines is not just an academic discussion but an unfortunate reality. Over the years, cycles of armed violence have resulted in casualties and displacement, » said Sari Nissi, head of delegation ad interim of the ICRC in the Philippines. « The passage of the IDP bill will pave the way for improving the protection of the lives and dignity of displaced individuals and families. »

The Philippines ratified the four Geneva Conventions in 1952, and later their three Additional Protocols. Domestic implementation through Republic Act (RA) 9851 of 2009 is a concrete illustration of the country’s efforts to fulfill its international obligations under IHL. RA 9851 gives IHL clarity by identifying specific violations – such as attacks on civilians or medical personnel – and setting out corresponding penalties for such violations.

IHL Month is celebrated each year in August throughout the Philippines as a reminder to all stakeholders of the importance of the law and the need to strengthen its domestic implementation. Beyond promoting IHL, also known as the law of armed conflict, the ICRC marked this year’s celebrations by:

  • organizing IHL training for prosecutors, in cooperation with the Department of Justice;

  • supporting IHL training sessions organized by members of the country’s ad hoc IHL committee;

  • carrying out IHL forums with officers of the Philippine Navy and the Philippine Air Force;

  • facilitating a workshop on IHL with commanders of the Moro Islamic Liberation Front;

  • conducting forums on IHL and its convergence with Islamic law for students of the University of the Philippines’ Institute of Islamic Studies and Western Mindanao State University’s (WMSU) College of Asian and Islamic Studies, and with Muslim scholars and clerics in Davao and Zamboanga;

  • turning over IHL reference materials to the Bangsamoro Leadership and Management Institute and WMSU.

« Activities like these will help build a deeper understanding of the laws that apply in armed conflict, enhance protection for those who are not, or no longer, participating in the hostilities and limit the use of violence, » Nissi said.

As part of its mandate to protect and assist victims of armed conflicts and other situations of violence, the ICRC widely promotes the rules of IHL and humanitarian principles. The ICRC has been working in the Philippines since the Second World War.

Source : ICRC

Publié dans Définitions | Laisser un commentaire

Extension de la juridiction de la CPI par l’Ukraine

Le 8 septembre 2015, l’Ukraine a déposé une déclaration au titre de l’article 12-3 du Statut de Rome, acceptant la juridiction de la Cour pénale internationale (CPI) concernant des crimes présumés commis sur son territoire depuis le 20 février 2014.

La FIDH et son partenaire ukrainien le Centre pour les libertés civiles (CCL) accueillent cette nouvelle comme une étape importante dans le combat contre l’impunité en Ukraine. 

Selon Karim Lahidji, Président de la FIDH : « Ceci est une étape essentielle pour garantir une justice pour toutes les victimes en Ukraine. Le Procureur de la Cour pénale internationale est maintenant en mesure d’enquêter, non seulement sur les crimes de Maïdan mais aussi sur les crimes commis à posteriori ailleurs en Ukraine, en particulier en Crimée et dans la région du Donbass »

C’est la seconde déclaration au titre de l’article 12-3 déposée par l’Ukraine. Le 17 avril 2014, l’Ukraine avait accepté la juridiction de la CPI concernant des crimes présumés commis sur son territoire entre novembre 2013 et février 2014. La FIDH et le CCL avaient ensuite transmis une communication au Bureau du Procureur de la CPI, contribuant ainsi à l’examen préliminaire en janvier dernier. Au cours de plusieurs missions dans le pays, les deux organisations avaient demandé l’extension de la juridiction de la CPI, en soulignant les crimes très graves commis dans l’Est du pays, après les événements de Maïdan, qui étaient laissées en-dehors du champ de l’examen préliminaire de la CPI. Cette deuxième déclaration 12-3 élargit la juridiction de la CPI à tous les crimes commis après février 2014 sur le territoire ukrainien.

D’après Oleksandra Matviychuk, directrice du CCL : « Le gouvernement ukrainien a montré qu’il était désireux d’avancer vers la paix et la réconciliation. Cette déclaration donne à la CPI le pouvoir d’enquêter sur tous les responsables présumés de crimes graves commis en Ukraine, des deux côtés du conflit. Nous espérons que la prochaine étape pour l’Ukraine sera de ratifier le Statut de Rome. »

Le Procureur de la CPI devrait maintenant établir s’il y a une « base raisonnable » de croire que des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité ou un génocide ont été commis en Ukraine depuis novembre 2013, et si cela requiert l’ouverture d’une enquête sur cette situation.

Source : FIDH

Publié dans Cour pénale internationale | Tagué , | Laisser un commentaire

Réfugiés ou migrants

Avec près de 60 millions de personnes déplacées par la force à l’échelle mondiale, il devient de plus en plus usuel de voir les termes « réfugié » et « migrant » être utilisés de façon interchangeable par les médias et le public. Toutefois, y a-t-il une différence entre les deux termes? Et est-elle importante?

Oui, il existe une différence et elle est importante. Les deux termes ont des significations distinctes et différentes. En les utilisant à tort, on pose des problèmes à ces deux populations. Voici pourquoi :

Les réfugiés sont des personnes qui fuient des conflits armés ou la persécution. Leur situation est souvent si périlleuse et intolérable qu’ils traversent des frontières nationales afin de trouver la sécurité dans des pays voisins, et sont par conséquent reconnus internationalement comme des réfugiés ayant accès à l’aide des États, du HCR et d’autres organisations. On les reconnaît ainsi précisément parce qu’il est dangereux pour eux de retourner dans leur pays et qu’ils ont besoin d’un refuge ailleurs. Refuser l’asile à ces personnes aurait potentiellement des conséquences mortelles.

Le terme réfugié est défini dans la loi internationale et les réfugiés sont protégés par cette dernière. La Convention de 1951 relative aux réfugiés et son protocole de 1967 ainsi que d’autres textes juridiques, comme la convention de l’OUA de 1969 sur les réfugiés, restent les pierres angulaires de la protection moderne des réfugiés. Les principes juridiques que ces documents énoncent ont été intégrés à d’innombrables autres lois et pratiques internationales, régionales et nationales. La Convention de 1951 définit ce qu’est un réfugié et souligne les droits fondamentaux que les États devraient leur garantir. Un des principes les plus fondamentaux énoncés par la loi internationale est celui voulant que les réfugiés ne doivent pas être expulsés ou renvoyés à une situation où leur vie et leur liberté seraient menacées.

La protection des réfugiés revet de nombreux aspects. Ceux-ci comprennent l’assurance de ne pas être renvoyé chez eux face aux dangers qu’ils ont fuis ; l’accès à des procédures d’asile justes et efficaces ; et des mesures visant à assurer que leurs droits fondamentaux sont respectés afin de leur permettre de vivre dans la dignité et la sécurité tout en les aidant à trouver une solution à long terme. Les États assument la responsabilité principale de cette protection. Par conséquent, le HCR collabore étroitement avec les gouvernements afin de les conseiller et de les appuyer s’il y a lieu pour assumer leurs responsabilités.

Les migrants choisissent de s’en aller non pas en raison d’une menace directe de persécution ou de mort, mais surtout afin d’améliorer leur vie en trouvant du travail, et dans certains cas, pour des motifs d’éducation, de regroupement familial ou pour d’autres raisons. Contrairement aux réfugiés qui ne peuvent retourner à la maison en toute sécurité, les migrants ne font pas face à de tels obstacles en cas de retour. S’ils choisissent de rentrer chez eux, ils continueront de recevoir la protection de leur gouvernement.

Pour les gouvernements, cette distinction est importante. Les pays gèrent les migrants en vertu de leurs propres lois et processus en matière d’immigration. Les pays gèrent les réfugiés en vertu des normes sur la protection des réfugiés et de l’asile aux réfugiés qui sont définies dans les lois nationales et les lois internationales. Les pays ont des responsabilités précises envers les demandeurs d’asile sur leurs territoires et à leurs frontières. Le HCR aide les pays à gérer ces responsabilités en matière d’asile et de protection des réfugiés.

En effet, la politique a sa façon d’intervenir dans de tels débats. La confusion entre les réfugiés et les migrants peut avoir des conséquences graves sur les vies et la sécurité des réfugiés. Interchanger les deux termes détourne l’attention de la protection juridique précise dont les réfugiés ont besoin. Cela peut saper le soutien de la population pour les réfugiés et l’institution de l’asile à un moment où, plus que jamais auparavant, les réfugiés ont besoin d’une telle protection. Nous devons traiter tous les êtres humains avec respect et dignité. De plus, nous devons nous assurer que les droits fondamentaux des migrants sont respectés. Par le fait même, nous devons également agir de façon juridiquement appropriée en ce qui concerne les réfugiés, en raison de leur situation particulière.

Par conséquent, songeons de nouveau à l’Europe et au nombre important de personnes qui sont arrivées au cours de cette année et de l’année dernière par bateau en Grèce, en Italie et ailleurs. Que sont-elles? Des réfugiés ou des migrants?

En réalité, elles appartiennent aux deux groupes. La majorité des personnes arrivant cette année en Italie et en Grèce plus particulièrement, proviennent de pays plongés dans la guerre ou que l’on considère comme des pays produisant des réfugiés, qui ont besoin de la protection internationale. Toutefois, une plus petite proportion provient d’autres pays, et pour nombre d’entre eux, le terme « migrant » serait plus exact.

Ainsi, au HCR, il est dit « réfugiés et migrants » lorsqu’il est fait référence aux mouvements de personnes par voie maritime ou dans d’autres circonstances lorsque l’on pense que les deux groupes peuvent être présents – les mouvements par bateau en Asie du Sud-Est sont un autre exemple de ce phénomène. Nous appelons « réfugiés » les personnes qui fuient la guerre ou la persécution en franchissant une frontière internationale. Et nous appelons « migrants » les personnes qui se déplacent pour des motifs qui ne sont pas inclus dans la définition légale de ce qu’est un réfugié. 

Source : Relief Web

Publié dans Définitions | Laisser un commentaire

Growing concerns over vandalism of ambulances

On Sunday, a group of people in Siraha district (Nepal) hurled stones on a Red Cross ambulance that was heading to Birgunj. Similarly, four Red Cross ambulances as well as a number of ambulances operated by other services providers were vandalized by protestors in various Tarai districts in the past three weeks.

« The NRCS operates ambulance service from 173 stations across the country. They must be allowed to move without any obstruction at all times. The ambulance services being operated by other agencies also should receive similar treatment, » said Dev Ratna Dhakhwa, secretary general of the NRCS.

« We are extremely concerned about the consequences of the recent violence, » said Dragana Kojic, ICRC’s head of delegation in Nepal. « We urge all the political parties to exercise restraint and urge them to allow ambulance services to carry out their tasks even during demonstrations and strikes. »

According to both national and international norms, medical personnel, ambulances and other means of medical transport must be respected and protected, and their work must be facilitated to ensure efficient delivery of health care services in all circumstances.

The NRCS and the ICRC appealed to all concerned parties to respect the neutral and impartial work of the Red Cross and the health care and emergency services for the people in need.

Source : ICRC

Publié dans Définitions | Laisser un commentaire

Journée mondiale de l’aide humanitaire: l’OMS remercie les personnels de santé

À l’occasion de cette douzième Journée mondiale de l’aide humanitaire, l’Organisation mondiale de la Santé attire l’attention du monde sur les contributions et les sacrifices des personnels de santé qui interviennent lors des crises humanitaires.

Plus de dix ans après la première Journée mondiale de l’aide humanitaire, les demandes d’intervention d’urgence sont sans précédent, avec 82,5 millions de personnes ayant besoin d’une aide humanitaire dans 37 pays. À US $20 milliards selon les estimations, les coûts ont atteint, eux aussi, des niveaux encore jamais observés.

L’OMS dirige l’intervention sanitaire pour cinq crises humanitaires majeures au cours desquelles plus de 60 millions de personnes, de l’Afrique de l’Ouest au Yémen, ont besoin d’urgence d’une grande diversité de services de santé.

Au cœur de l’action humanitaire, les médecins, le personnel infirmier, le personnel paramédical et d’autres agents de santé servent avec abnégation leurs communautés, souvent avec peu d’accès aux ressources nécessaires et en prenant de gros risques pour eux-mêmes. Les agents de santé en première ligne ont dispensé des soins à des millions de personnes dans des conditions très éprouvantes lors d’épidémies, comme celle d’Ebola, de catastrophes naturelles et de conflits armés. En Afrique de l’Ouest, 875 agents de santé ont été infectés par le virus Ebola et plus de la moitié en sont morts.

Ces efforts sont d’autant plus héroïques qu’on observe une recrudescence des attaques contre les personnels et les établissements de santé. En 2014, l’OMS a enregistré 372 attaques menées dans 32 pays, entraînant près de 1000 blessés et plus de 600 morts. Alors que le monde est sur le point d’atteindre le but d’éradiquer la poliomyélite, au moins 37 agents de santé et leurs accompagnateurs ont été délibérément ciblés et tués depuis 2012 au Pakistan et au Nigéria. Les conflits armés et les situations d’urgence prolongées causent souvent des dégâts aux établissements de santé, privant ainsi les populations de soins vitaux. Le relèvement des systèmes de santé peut prendre des années.

Les attaques contre les personnels et les établissements de santé constituent des violations flagrantes du droit humanitaire international, dont les Conventions de Genève et leurs protocoles. Ces accords doivent être respectés. Les agents de santé ont l’obligation de traiter les malades et les blessés sans aucune discrimination. Toutes les parties belligérantes doivent respecter cette obligation.

Dans le cadre de sa stratégie mondiale sur les ressources humaines pour la santé, l’OMS donne la priorité au bien-être, à la sécurité des agents de santé et à l’inviolabilité de leur mission; elle énonce fermement sa position pour leur protection.

Les agents de santé se battent chaque jour pour garantir le droit de l’homme à la santé. Lors de la Journée mondiale de l’aide humanitaire, l’OMS lance une campagne pour rendre hommage à ces héros qui sont une source d’inspiration. À partir de cette journée et jusqu’au sommet mondial sur l’action humanitaire, prévu en mai 2016, l’Organisation mettra particulièrement en valeur l’histoire de leur action dans le monde entier.

Source : OMS

Publié dans Définitions | Laisser un commentaire

La lettre contre les « robots tueurs » et ses réactions

Originally posted on Dommages civils:

La campagne contre les robots tueurs a franchi une nouvelle étape avec la publication d’une lettre ouverte appelant à l’interdiction des « armes autonomes offensives hors du contrôle humain significatif ». Parmi les signataires, on trouve, entre autres, de grands noms de la recherche en sciences dures, en sciences humaines et sociales, des patrons et des ingénieurs travaillant dans les nouvelles technologies ainsi que des membres de la société civile. Le physicien et cosmologiste Stephen Hawking, le co-fondateur d’Apple Steve Wozniak, le professeur Noam Chomsky du Massachusetts Institute of Technology ou encore Elon Musk, directeur de SpaceX et Tesla, font partie des 19 000 personnes ayant signé cette lettre.

SGR-1 Le Samsung SGR-1, positionné à la frontière entre les deux Corées, est capable de détecter, cibler et, en théorie, d’attaquer une cible de façon autonome. En pratique, un humain doit approuver le tir.

  • Contenu de la lettre

Là où…

Voir l'original 1 486 mots de plus

Publié dans Définitions | 1 commentaire