Code international d’éthique médicale

Adopté par la 3e Assemblée Générale de l’AMM Londres (Grande-Bretagne), Octobre 1949 et amendé par les 22e Assemblée Médicale Mondiale Sydney (Australie), Août 1968 et 35e Assemblée Médicale Mondiale Venise (Italie), Octobre 1983
DEVOIRS GENERAUX DES MEDECINS
LE MEDECIN DEVRA toujours avoir une attitude professionnelle exemplaire.
LE MEDECIN NE DEVRA jamais laisser le profit influencer son jugement professionnel libre et indépendant, et ce au plus grand bénéfice de son patient.
LE MEDECIN DEVRA quelles que soient ses conditions d’exercice, se consacrer en toute indépendance technique et morale à la prestation de soins de qualité avec compassion et respect pour la dignité humaine.
LE MEDECIN DEVRA être honnête envers ses patients et ses collègues, et il s’efforcera de dénoncer les médecins qui manquent de caractère et de compétence, ou qui ont recours à la fraude et à la tromperie.
Les pratiques suivantes sont contraires à l’éthique:
a)      la publicité faite par les médecins pour eux-mêmes, à moins qu’elle ne soit autorisée par la loi du pays concerné et par le code d’éthique de l’association médicale nationale.
b)      le versement ou l’acceptation d’honoraires ou autres avantages dans le seul but de fournir un client à un confrère, une prescription à un pharmacien ou de faire acquérir tout appareillage médical.
LE MEDECIN DEVRA respecter les droits des patients, des collègues et des autres professionnels de santé, et préservera les confidences de son patient.
LE MEDECIN DEVRA agir uniquement dans l’intérêt de son patient lorsqu’il lui procurera des soins qui peuvent avoir pour conséquence un affaiblissement de sa condition physique ou mentale.
LE MEDECIN DEVRA faire preuve de beaucoup de prudence lorsqu’il divulguera des découvertes ou des techniques nouvelles par des voies non professionnelles.
LE MEDECIN DEVRA certifier que ce qu’il aura personnellement vérifié.
DEVOIRS DES MEDECINS ENVERS LES MALADES
LE MEDECIN DEVRA toujours avoir à l’esprit le souci de conserver la vie humaine.
LE MEDECIN DEVRA à ses patients la plus complète loyauté, ainsi que toutes les ressources de sa science. Lorsqu’un examen ou traitement dépasse ses capacités, le médecin devrait faire appel un collègue qui dispose des compétences nécessaires.
LE MEDECIN DEVRA préserver le secret absolu sur tout ce qu’il sait de son patient, et ce même après la mort de ce dernier.
LE MEDECIN DEVRA considérer les soins d’urgence comme un devoir humanitaire à moins qu’il soit assuré que d’autres désirent apporter ces soins et en sont capables.
DEVOIRS DES MEDECINS ENVERS LEURS COLLEGUES
LE MEDECIN DEVRA traiter ses confrères comme il souhaiterait être traité par eux.
LE MEDECIN NE DEVRA PAS attirer les patients de ses confrères.
LE MEDECIN DEVRA observer les principes du Serment de Genève approuvé par l’Association Médicale Mondiale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s