Non-discrimination dans les soins

« Seules des raisons d’urgence médicale autoriseront une priorité dans l’ordre des soins. GI-12§3 »
Supposons qu’en un lieu donné le service sanitaire soit débordé par l’afflux de blessés, amis et ennemis ; les médecins soigneront d’abord ceux auxquels un délai serait fatal, ou du moins préjudiciable, pour s’occuper ensuite de ceux dont l’état ne nécessite pas une intervention immédiate.
Pas de priorité autre que médicale. Cela semble simple et pourtant, il se passe des priorités autres que celles basées uniquement sur l’urgence. Voir à ce sujet les priorités basées sur les chances de survie en cas de pertes massives.
Il faut aussi se pencher sur des priorités en fonction du statut des patients : faut-il prendre en charge en priorité un patient de notre force ou de l’ennemi ; qui choisir entre un grenadier voltigeur et un chef d’EM ? Il existe quand même des protections privilégiées (femmes et enfants).
Dans le cas de la rétention des personnels, il y aurait bien une priorité dans les soins puisque les médecins ne sont retenus que pour traiter leur personnel.
La discrimination dans les soins n’est-elle pas encore plus difficile à éviter quand il n’y a pas assez de matériel et médicament pour tous ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s