Les soins de santé, victimes de 6 ans de guerre en Syrie

Le conflit en Syrie entre cette semaine dans sa septième année. Au cours des six ans écoulés, l’accès de la population civile aux soins de santé s’est sérieusement dégradé. Plus de la moitié des hôpitaux publics et des centres de soins primaires du pays soit ont fermé, soit fonctionnent partiellement. Près des deux tiers des personnels de santé ont fui. De nombreux établissements encore ouverts n’ont pas d’eau potable, d’électricité ou de médicaments et matériels chirurgicaux en quantité suffisante.
L’accès à des établissements de santé opérationnels est devenu un défi pour la plupart des gens en Syrie, quel que soit l’endroit où ils vivent. Malgré le cessez-le-feu actuel, l’Organisation mondiale de la Santé et ses partenaires n’ont pas encore pu avoir régulièrement accès aux communautés dans les zones difficiles à atteindre. De plus, les données les plus récentes indiquent qu’en 2016, plus de deux tiers des attaques contre les établissements de santé ont eu lieu en Syrie.
Selon le Dr Peter Salama, Directeur exécutif du Programme OMS de gestion des situations d’urgence sanitaire, « d’énormes besoins de santé continuent de ne pas être satisfaits en Syrie et les ressources pour aider le personnel et le système de santé sont sollicitées jusqu’à leurs limites».
De nombreux obstacles à l’accès demeurent, notamment les menaces sur la sécurité des personnels de santé et la disponibilité des médicaments, des fournitures et des équipements. «En ce triste anniversaire rappelant le début de la guerre en Syrie et avant que de nouvelles vies soient perdues, l’OMS demande un accès systématique et sans obstacles à toutes les zones pour y apporter les médicaments, les vaccins et les fournitures médicales indispensables».
Malgré les obstacles, l’OMS a continué d’apporter son aide aux services de santé sous la forme de médicaments et de fournitures, de formations destinées aux personnels de santé qui restent, d’équipes médicales et de dispensaires mobiles par le biais de programmes traversant les lignes et les frontières.
Source : OMS
Advertisements
Cet article, publié dans Protection de la mission médicale, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s