Secourir sans perir

Comment continuer à aider les populations dans les régions à « risques » sans mettre en danger la vie du personnel terrain ? Depuis les années 90, la gestion des risques fait l’objet d’un ajustement permanent au sein des associations de solidarité internationale. 
Mise en place de normes, création de postes essentiellement à la sécurité, nouveaux modes opératoires (remote control management)… L’insécurité liée aux attentats terroristes ne fait qu’amplifier cette préoccupation au sein des ONG.
Mais le monde d’aujourd’hui est-il vraiment plus dangereux pour les humanitaires ? À quelles logiques obéit le « risk management » dans les organisations humanitaires ? Peut-on analyser et prévenir les risques de manière scientifique…
Secourir sans périr interroge une tendance suivie par de nombreuses ONG dont elle-même, en la confrontant à l’expérience du personnel de MSF sur des terrains particulièrement dangereux.
Source : GROTIUS
Cet article a été publié dans Billets divers. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s