Jamais les besoins sanitaires dus aux situations d’urgence humanitaire n’ont été aussi élevés

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et ses partenaires ont besoin de 2,2 milliards de dollars (US $) pour dispenser cette année les services de santé indispensables à plus de 79 millions de personnes dans plus d’une trentaine de pays, face à des situations d’urgence de longue durée, selon les Plans d’intervention humanitaire de l’OMS pour 2016, publiés aujourd’hui.
L’OMS et ses partenaires de la santé collaborent pour assurer des services de santé d’urgence, notamment pour fournir des médicaments essentiels, des vaccins et des traitements contre certaines maladies comme le choléra et la rougeole, souvent dans des conditions d’insécurité et d’extrême difficulté. Collectivement, nous avons besoin de 2,2 milliards de dollars (US $) pour dispenser les services de santé indispensables, dont 480 millions sont demandés par l’OMS.
«Les risques sanitaires provoqués par les situations d’urgence humanitaire n’ont jamais été aussi élevés», déclare le Dr Bruce Aylward, Directeur exécutif par intérim, Flambées épidémiques et urgences sanitaires (OMS). «Et la situation s’aggrave. L’impact croissant des conflits prolongés, des déplacements forcés, du changement climatique, de l’urbanisation non planifiée et de l’évolution démographique fait que les situations d’urgence humanitaire deviennent de plus en plus fréquentes et graves.»
En Syrie, l’une des plus grandes crises humanitaires, l’OMS et ses partenaires cherchent des fonds pour assurer à 11,5 millions de personnes les services de santé nécessaires, y compris en traumatologie et santé mentale, et pour fournir les vaccins, les médicaments et le matériel chirurgical pour près de 5 millions de réfugiés syriens vivant dans les pays voisins.
L’OMS a aussi besoin de fonds en urgence pour aider 6,8 millions de personnes menacées par la pire sècheresse depuis plusieurs décennies en Éthiopie, l’une des priorités étant de fournir des services d’urgence pour sauver la vie de plus de 400 000 enfants souffrant de malnutrition sévère.
Hormis plus d’une trentaine de crises prolongées, l’OMS répond également à de nouvelles situations d’urgence apparues soudainement, comme le cyclone Winston qui a ravagé les Fidji en février 2016 et à des flambées de maladies infectieuses, comme l’infection à virus Zika, les risque résiduels dus au virus Ebola en Afrique de l’Ouest ou encore la pire épidémie de fièvre jaune en Angola depuis 30 ans.
Entreprenant l’une des transformations les plus profondes de son histoire, l’OMS met en œuvre un nouveau programme de gestion des situations d’urgence sanitaire qui augmentera les moyens opérationnels dans les pays et permettra des interventions plus rapides, efficaces et prévisibles face à toutes les situations d’urgence sanitaire, y compris les épidémies et les crises humanitaires.
Source : OMS
Cet article, publié dans Humanitaire, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s