L’Appel de Genève signé par les rebelles du Mouvement Hazzm

Un groupe rebelle syrien, le Mouvement Hazzm, a signé lundi dans la cité de Calvin l’Appel de Genève sur l’interdiction des mines antipersonnel et des violences sexuelles. Ce groupe soutenu par les pays occidentaux fait partie de l’Armée syrienne libre.
Le secrétaire général du Mouvement Hazzm, Khalid Saleh, a signé les actes d’engagement à la salle de l’Alabama, à Genève. Ce groupe est composé d’environ 5000 combattants, en majorité des anciens soldats et officiers de l’armée gouvernementale ayant fait défection.
Ils se battent actuellement, à la fois contre les forces gouvernementales et contre l’Etat islamique dans l’ouest de la Syrie. Le Mouvement Hazzm est le second groupe armé à signer l’Appel de Genève après les forces Kurdes (YPG-YPJ) en juin dernier. Le gouvernement de Damas n’a de son côté pas ratifié le traité d’Ottawa interdisant les mines.
« L’utilisation de mines a été rapportée dans plusieurs zones de Syrie et des études récentes montrent que les violences sexuelles sont courantes dans le conflit syrien. Tous les engagements pour empêcher de nouvelles mines d’être posées et pour protéger les civils d’atrocités telles que les violences sexuelles doivent être encouragés », a déclaré lors de la cérémonie Elisabeth Decrey Warner, présidente de l’Appel de Genève.
« Nous sommes très préoccupés par le lourd tribut payé par les populations civiles depuis le début de la guerre. En signant ces accords humanitaires, nous souhaitons affirmer notre engagement à conduire notre lutte armée en conformité avec le droit international humanitaire », a déclaré pour sa part Khalid Saleh.
Au cours des prochains mois, l’Appel de Genève et son partenaire local vont former plusieurs centaines de combattants afin de diffuser les obligations contenues dans ces accords ainsi que les règles du droit international humanitaire.
Des discussions sur l’interdiction de l’utilisation des enfants dans les hostilités sont aussi en cours entre l’Appel de Genève et le Mouvement Hazzm, a précisé l’ONG. L’Appel de Genève n’a aucun contact avec l’Etat islamique, a encore indiqué le porte-parole de l’ONG Nicolas Sion.
Depuis sa création en 2000, l’Appel de Genève a engagé un dialogue avec quelque 90 acteurs armés non-étatiques dans le monde. Jusqu’à présent, 50 d’entre eux ont signé des accords et ont globalement respecté leurs engagements.
Source : arcinfo.ch
Cet article, publié dans Définitions, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s