De l’utilisation des boucliers humains

L’inflation dans l’utilisation de la tactique de « combat » des boucliers humains est le résultat de la structure asymétrique des conflits contemporains dans lesquels un belligérant (le plus souvent étatique et occidental) dispose d’une supériorité militaire et technologique écrasante sur le belligérant adverse (en général non étatique). Ce dernier répond par une asymétrie juridique pouvant prendre la forme du bouclier humain. L’idée est de dissuader l’adversaire d’attaquer sous peine d’être accusé de violer le droit (en lançant une attaque indiscriminée ou disproportionnée) et de subir l’opprobre de l’opinion publique (en apparaissant dans les médias comme une puissance immorale s’en prenant à la population civile).
Le Secrétaire général des Nations Unies avait parfaitement résumé cette logique dans un rapport sur la protection des civils en période de conflit armé en 2010 : « Les groupes armés cherchent fréquemment à compenser leur infériorité militaire par des stratégies qui violent de façon flagrante le droit international, qu’il s’agisse d’attaques délibérées contre des civils, y compris les violences sexuelles, d’attaques contre des biens à caractère civil tels que des écoles, de l’enlèvement et de l’incorporation forcée de civils ou de l’utilisation de civils comme boucliers pour protéger les objectifs militaires ».

Source : dommages civils.

Cet article a été publié dans Billets divers. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s