Rappel sur la conduite des hostilités

Le principe de distinction est au cœur de l’ensemble des dispositions relatives à la conduite des hostilités. Toute opération militaire conduite sans discrimination est interdite, et les parties au conflit doivent en tout temps faire une distinction entre les objectifs militaires légitimes, d’une part, et la population civile et les biens de caractère civil, d’autre part.
Le fait de prendre délibérément des civils pour cible constitue un crime de guerre. Les parties doivent tout mettre en œuvre pour maintenir la plus grande distance possible entre les cibles militaires et les centres de population civile. S’il est admis que lors d’opérations contre des objectifs militaires, des pertes civiles sont parfois inévitables, les parties au conflit doivent impérativement prendre toutes les mesures possibles pour réduire au minimum les pertes en vies humaines dans la population civile, les blessures aux personnes civiles et les dommages aux biens de caractère civil. Si l’on peut craindre qu’une attaque cause des dommages civils collatéraux excessifs par rapport à l’avantage militaire concret et direct attendu, celle-ci doit être annulée ou interrompue, en vertu du principe de proportionnalité.
Le DIH interdit de terroriser la population civile et de détruire ses moyens de survie en s’attaquant aux cultures, aux réserves d’eau potable, aux installations médicales, aux habitations ou aux moyens de transport non militaires. La prise d’otages et l’emploi de boucliers humains sont également interdits, de même des méthodes et moyens occasionnant des maux superflus aux combattants ennemis.
Les malades et les blessés doivent être respectés, de même que les personnes qui ne participent plus aux hostilités. Le personnel médical et les installations sanitaires ne doivent pas être attaqués. Toutes les parties au conflit doivent respecter l’usage protecteur des emblèmes – la croix rouge, le croissant rouge et le cristal rouge – consacrés par les Conventions de Genève et leurs Protocoles additionnels.
Les limites à la conduite des hostilités fixées par le DIH concernent également les biens culturels et l’environnement. Il est interdit de diriger un acte d’hostilité contre un bien culturel ou d’utiliser un tel bien à des fins militaires. Les actions militaires ne doivent pas causer de dommages inutiles à l’environnement naturel ou être à l’origine de problèmes environnementaux futurs. Le DIH fait aussi mention des guerres maritimes et aériennes, et du rôle de la défense civile en temps de conflit armé.
Les dispositions juridiques relatives au choix des armes constituent une part importante du droit régissant la conduite des hostilités. Au titre du DIH, ce choix n’est en effet pas illimité. Plusieurs traités internationaux proscrivent l’emploi de certains types d’armes, notamment les armes chimiques et biologiques, les armes à laser aveuglantes et les mines antipersonnel. Plus récemment, la Convention sur les armes à sous-munitions, adoptée en 2008, est venue compléter cette série de traités.
Source : Médiapart
Cet article, publié dans Billets divers, DIH, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s