Des experts discutent des robots tueurs

La Suisse a récemment organisé à Genève une réunion d’experts sur l’utilisation des drones armés et robots tueurs dans les conflits.
Les nouvelles armes – telles que les drones armés ou les robots tueurs – posent de nombreux défis pour la protection des civils et le respect du droit international humanitaire (DIH). De nouvelles technologies telles que les drones armés sont utilisées dans les conflits actuels. Cette tendance préfigure l’engagement, dans le futur, d’armes plus autonomes, avec toujours moins d’intervention humaine.
Ces systèmes d’armement pourraient permettre un usage de la force plus précis et avoir le potentiel d’éviter plus efficacement les dommages collatéraux. Ils posent toutefois un certain nombre de défis en lien avec le droit international humanitaire, notamment leur capacité à respecter le principe de distinction entre civils et combattants.
Ces défis seront d’autant plus importants à l’avenir si des systèmes d’armement létaux complètement autonomes (robots) venaient à être développés et utilisés sur le terrain, selon les experts. 

Dans le même temps, ces nouvelles technologies, comme actuellement les drones, peuvent être utilisées à des fins civiles pour l’action humanitaire. Elles permettent d’obtenir rapidement des informations précises sur la situation des populations affectées par un conflit armé, surtout dans des contextes où l’accès direct pour les acteurs humanitaires est difficile.
La vice-présidente du CICR, Christine Beerli, le major-général Adrian Foster, conseiller militaire adjoint du Département des opérations de maintien de la paix des Nations Unies, Mona Rishmawi, du Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme, le Professeur Dario Floreano, chef du laboratoire sur les systèmes intelligents de l’EPFL ainsi que Josh Lyons de l’ONG Human Rights Watch ont participé à la réunion.
L’ambassadeur Valentin Zellweger, directeur de la Direction du Droit international public (DDIP) au DFAE a ouvert la discussion, modérée par le Professeur Andrew Clapham de l’Académie du droit international humanitaire et des droits humains (ADH). Le 24 juin marque l’anniversaire de la bataille de Solferino, en 1859, à la suite de laquelle Henry Dunant a lancé l’initiative de fonder le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). La Suisse a choisi cette date clé pour l’histoire de l’action humanitaire comme journée dédiée aux victimes des conflits armés.
Cet article, publié dans Billets divers, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s