Ethique et opérations de paix

Une opération de paix peut être définie comme « Une intervention multinationale revêtue de la légitimité internationale, visant à prévenir un conflit ou à rétablir, maintenir, stabiliser, consolider ou imposer la paix par le déploiement de personnel militaire, policier ou civil. » 
Les opérations de paix peuvent être ainsi conduites par des forces sous commandement direct de l’ONU (en « casque bleu ») ou par une organisation agissant sous mandat de l’ONU (OTAN, Union Européenne, Union Africaine, etc.). Les forces armées déployées pour ces interventions peuvent enfin faire partie d’une coalition « ad hoc » ne disposant pas d’un tel mandat, mais, si l’opération peut alors avoir une certaine légitimité (intention droite, cause juste, dernier recours, chances raisonnables de succès), sa légalité restera contestable au titre de la Charte des Nations Unies, qui fixe le droit international (pas d’autorité légitime).
Si le Conseil de sécurité, et les Etats prêts à contribuer, s’appuient sur le « jus ad bellum » (droit d’entrer en guerre) pour déclencher une opération de paix, le jus in bello (droit dans la guerre) s’applique aux soldats (au sens large) mandatés, c’est à dire aux chefs et aux exécutants des forces déployées. Le droit d’entrer en guerre est une responsabilité politique (les chefs militaires au plus haut niveau devant donner leur avis sur la probabilité de succès et les risques pris). Le droit dans la guerre est essentiellement de la responsabilité des militaires de tous grades, dans les états-majors et sur le terrain. C’est le domaine d’application par excellence de l’éthique militaire.
Cette éthique militaire de son côté peut être définie comme un ensemble de principes et de pratiques visant à guider les forces armées et leurs membres afin qu’ils agissent de façon conforme à des valeurs, et à des normes.
Juridiquement, dans la forme, cela signifie le respect par les combattants du droit des conflits armés, regroupant le droit de la guerre (conventions de La Haye sur la protection des combattants), le droit humanitaire (conventions de Genève sur la protection des non combattants : blessés, prisonniers, malades, populations civiles), enfin le droit de la maîtrise des armements (conventions limitant l’emploi de certaines armes et munitions). Ce droit des conflits armés s’applique aussi bien aux conflits entre Etats, qu’aux conflits internes à ces derniers (excluant toutefois les tensions, troubles et émeutes).
Sur le fond cela signifie le respect par les forces déployées des principes d’humanité (éviter les maux superflus), de discrimination entre les objectifs militaires et civils, et de proportionnalité entre les avantages militaires attendus et les dommages collatéraux possibles (adéquation des moyens mis en œuvre et de l’effet recherché). Il convient de noter aussi que dans la majorité des pays démocratiques, il est interdit au soldat d’obéir à un ordre prescrivant une action contraire à ce droit des conflits armés. Celui-ci doit même s’y opposer et les dénoncer. Le manquement à ces principes, traduits en devoirs, peut conduire à des sanctions pénales.
Il apparaît évident en tout état de cause que le « soldat de la paix », participant à ces opérations multinationales définies plus haut, c’est à dire agissant sous mandat ONU, comme d’ailleurs tout soldat quel que soit l’engagement auquel il participe, doit avoir un comportement éthique irréprochable. Cela pour des raisons morales et légales mais aussi pour des raisons stratégiques, si l’on veut que le recours à la force puisse contribuer à la construction de la paix future, en supprimant le ressentiment et en favorisant la réconciliation. Le soldat de la paix doit ainsi mener une guerre sans haine, qui permet d’éviter qu’il n’apparaisse comme un envahisseur et un occupant.
Lire la suite sur le site du ROP
Cet article, publié dans Ethique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s