TPIR : la première femme reconnue coupable de génocide

Le Tribunal pénal international pour le Rwanda a condamné vendredi à la prison à perpétuité une ex-ministre rwandaise, Pauline Nyiramasuhuko, première femme reconnue coupable de génocide par une juridiction internationale.
Le TPIR, installé à Arusha, en Tanzanie, a également condamné à la détention à perpétuité le fils de Mme Nyiramasuhuko, Arsène Shalom Ntahobali.
L’ancienne ministre de la Famille et son fils étaient les deux principaux accusés d’un groupe de six personnes poursuivies pour crimes de génocide et crimes contre l’humanité pour leur rôle présumé dans le génocide des Tutsi à Butare (sud du Rwanda). Leurs avocats avaient plaidé l’acquittement, en tentant de mettre en évidence des contradictions dans les témoignages à charge.
Pauline Nyiramasuhuko, 65 ans, était la première femme poursuivie pour de tels chefs d’accusation devant une juridiction internationale, même si d’autres femmes ont été condamnées pour leur rôle dans le génocide de 1994, cette fois devant des juridictions du Rwanda.
Elle a été reconnue coupable de sept des onze chefs d’accusation retenus contre elle, notamment ceux de génocide, conspiration en vue de commettre un génocide, extermination considérée comme un crime contre l’humanité et viol considéré comme un crime contre l’humanité.
Mise en perspective de Jean-Pierre Amisi Ramazani
Relief Web.
Cet article, publié dans Crime de génocide, Tribunal pénal international, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s