Syrie : l’ONU inquiète des attaques systématiques contre des civils

Les Conseillers spéciaux de l’ONU sur la responsabilité de protéger, Edward Luck, et sur la prévention de génocide, Francis Deng, ont exprimé jeudi leur inquiétude sur la situation en Syrie, notamment sur les allégations d’attaques systématiques contre des civils non armées lors de manifestations anti-gouvernementales.
« Nous rappelons au gouvernement de Syrie sa responsabilité de protéger sa population, ainsi que tous les Etats membres des Nations Unies », ont rappelé les Conseillers spéciaux dans un communiqué.
« Nous sommes particulièrement alarmés par les apparentes attaques systématiques et délibérées de la police, des militaires et d’autres forces de sécurité contre des civils non armés prenant part ces deux derniers mois aux manifestations. Ces attaques ont fait plus d’une centaine de morts. Le déploiement des forces armées, l’utilisation d’armes à feu, de chars et d’artillerie en réponse aux protestations pacifiques et la prise pour cible de zones résidentielles, où les manifestations ont eu lieu, sont inacceptables en toutes circonstances », ont-ils prévenu.
Les Conseillers spéciaux ont également indiqué avoir pris connaissance d’informations faisant état d’arrestations de masse, de détentions arbitraires, de disparitions et de violations graves des droits de l’homme dans les villes où les manifestations se sont déroulées.
« Les attaques systématiques et généralisées alléguées qui se sont déroulées en Syrie apparaissent d’abord avoir ciblé la population civile. Cela souligne la nécessité de lancer une enquête indépendante, approfondie et objective sur les faits allégués de violations des droits de l’homme. Les allégations de meurtres qui pèsent sur les forces de sécurité doivent aussi faire l’objet d’une enquête », ont souligné Edward Luck et Francis Deng.
Ils exhortent le gouvernement syrien à lancer une enquête et à faire preuve de retenue à l’égard des populations civiles. « S’il s’avérait que des violations des droits de l’homme et des crimes ont été commis, les responsables devront rendre des comptes », ont-ils conclu.
Dans un communiqué publié jeudi, la Représentante spéciale de l’ONU pour les enfants et les conflits armés, Radhika Coomaraswamy, a condamné dans les termes les plus forts la torture et l’assassinat d’enfants en Syrie.
  » En Syrie nous avons été témoins de la torture et l’exécution d’un enfant de 13 ans, Hamza al-Khatib, ainsi que de l’assassinat d’un garçon de 10 ans et d’une petite fille de 4 ans à Homs et ses alentours », a déclaré Mme Coomaraswamy.
« Le meurtre et la mutilation d’enfants constituent un crime et sont contraires aux résolutions du Conseil de sécurité », a-t-elle ajouté.
Au regard de la violence qui règne dans le pays, la Représentante spéciale a exhorté les adultes qui prennent part aux manifestations à laisser leurs enfants à la maison.
« Les enfants doivent être protégés et leur sécurité devrait être considérée au-dessus des politiques », a-t-elle conclu.
2 juin 2011 – Actualités de l’ONU
Cet article a été publié dans Protection des civils. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s