Elargissement du spectre des missions des services de santé US à travers leurs actions de communications : ce qu’il faut y voir.

26 avril 2011 – From French military medical liaison officer
Au printemps 2010, le Pentagone publiait une instruction annonçant que les actions du domaine «santé» visant à établir ou à renforcer la stabilité d’un pays devaient occuper le même niveau de priorité que le soutien médical des opérations de combat[1]. Afin de montrer sa détermination politique à voir ce concept se traduire en faits, le Department of Defense (DoD) décida de conférer à ce document le même niveau d’importance que celui auquel il se réfère[2]. Le secteur de la santé est d’ailleurs le seul à avoir bénéficié de ce statut. Depuis, chacun des trois services de santé US se doit de s’approprier le concept de Medical Stability Operations (MSOs). Leurs campagnes de communication révèlent toutefois des divergences d’implication.
Depuis plusieurs années, l’US Navy occupe un rôle majeur dans l’organisation de la réponse américaine aux catastrophes (Indonésie, Haïti, Japon). Son service de santé s’organise en ce sens et le fait savoir : les bâtiments hôpitaux occupent les premières pages des média et les navires amphibies sont plus cités pour leur installations hospitalières que pour leurs capacités de débarquement. Au delà de l’aide humanitaire, ce sont essentiellement des marins qui coordonnent les programmes d’éducations et de santé publique organisés au profit de pays dont la stabilité mérite d’être renforcée. A ce titre, le Surgeon General de l’US Navy adopte une posture diplomatique en rencontrant de hautes autorités sanitaires civiles étrangères (Djibouti, Viêt-Nam, Egypte).
http://www.med.navy.mil/leadership/sgvisits/Pages/default.aspx
 L’US Air Force, pour sa dernière campagne publicitaire, a choisi de mettre en avant le cœur de métier de son service de santé : les évacuations sanitaires. Mais, alors qu’actuellement l’essentiel des «MEDEVAC » concernent des militaires, la vidéo met en scène des équipes médicales volant au secours d’une population civile probablement étrangère[3]. Ce film montre donc que l’Air Force Medical Service (AFMS) s’engage résolument dans le développement des MSOs. Il avait d’ailleurs été le principal instigateur de ce processus lorsqu’en 2001 avait été créé un corps de médecins et infirmiers spécialement formés aux langues et cultures étrangères (International Health Specialist).
Vidéo : http://www.airforce.com/see-what-its-like/
Le département médical de l’US Army (AMEDD) choisi, quant à lui, de rester essentiellement focalisé sur le soutien opérationnel des troupes et sur sa relation avec ses ayant-droits. Assurant l’essentiel du soutien médical de l’opération Enduring Freedom, il fait publiquement peu de place aux MSOs et base sa politique de communication sur la culture de la confiance. Son message est simple : ceux qui risquent leur vie pour le pays doivent être convaincus de la qualité de leur service de santé et du soutien que leurs proches reçoivent de la nation.
Vidéo : http://www.armymedicine.army.mil/cot/index.htm
Les services de santé américains restent prioritairement focalisés sur le soutien des troupes et des familles américaines. Toutefois, US Navy Medical Department et l’AFMS s’ouvrent rapidement aux notions de diplomatie de la santé (Health Diplomacy), de Global Health, et de Comprehensive Approach. L’AMEDD reste encore en retrait de ce processus mais devra s’impliquer d’avantage ; à moins que cette répartition des tâches ait été préalablement « négociée » entre les trois services.
Bien que les outils de communications mettent en valeur le versant le plus attractifs des MSOs (l’aide médicale aux populations), c’est bien la totalité des mesures sanitaires fournies par les USA aux pays à la stabilité précaire que le DoD coordonnera, pour ne pas dire commandera. En cela, et pour des raisons essentiellement budgétaires, il assurera dorénavant une mission traditionnellement dévolue au « Department of States », le ministère des affaires étrangères américain.

[1] http://www.dtic.mil/whs/directives/corres/pdf/600016p.pdf
[2] http://www.dtic.mil/whs/directives/corres/pdf/300005p.pdf
[3] En observant attentivement, on notera alors que le décor de mégalopole dévastée permet de garder une certaine équivoque quant à la nationalité des victimes. En effet, la loi américaine veut que toute action militaire serve les intérêts des USA. Officiellement, les missions humanitaires sont donc organisées dans le but d’entraîner les équipes en cas de désastre sur le territoire US.
NGV
Cet article a été publié dans CIMIC. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s