Valider la guerre : la construction du régime d’expertise stratégique

16 avril 2011 –
L’ambition de cet article est d’apporter une contribution en matière d’analyse interprétative du phénomène guerrier. Dans cette optique, il s’interroge sur les mécanismes de la pensée stratégique qui ont contribué à faire de la guerre moderne une pratique sociale jugée techniquement faisable et, partant de là, légitime pour les militaires. Pour ce faire, l’analyse proposée s’inscrit dans les champs, très proches sur le plan théorique, de la sociologie pragmatique (en s’inspirant d’auteurs tels que Luc Boltanski, Nicolas Dodier et Francis Chateauraynaud) et de la sociologie des sciences (en s’appuyant surtout sur les travaux de Bruno Latour). D’une part, la sociologie des sciences a développé un très fertile questionnement portant sur la construction des faits scientifiques dont la présente étude s’inspirera largement. D’autre part, la sociologie pragmatique a élaboré un cadre de compréhension des actions collectives qui s’articule à l’enquête sur la construction sociale des faits. Grâce à ces deux approches, nous nous proposons d’enquêter sur la formation d’un régime d’expertise stratégique qui soutient la légitimité technique de l’emploi de la force militaire. Ensemble, la sociologie des sciences et la sociologie pragmatique apportent un éclairage particulièrement pertinent à la question de la guerre.
Christophe Wasinski
http://conflits.revues.org/index17862.html
Cet article a été publié dans Définitions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s